Rechercher
  • christelrouzaud

La maîtrise de soi est la méprise de Soi.

Dernière mise à jour : 1 août

Vendredi 15 juillet 2022


« La Maîtrise de soi est la méprise de Soi »

Cette citation de Thierry Tournebise, recueillie à ses côtés lors de ma dernière formation en tant que stagiaire formateur en maïeusthésie, début juillet 2022, me conduit à cette réflexion :

Il est tout d’abord nécessaire de définir ce qu’est la maîtrise de soi.

Le dictionnaire Le Robert nous en donne la définition suivante : « qualité d’une personne qui sait se dominer, se contrôler ».


Dans ce monde dans lequel contrôle et pouvoir sont les bases éducatives depuis si longtemps, il n’est pas étonnant que la notion de maîtrise ait été intégrée tant au niveau de nos fonctionnements personnels, que dans nos interactions aux autres et à la nature.

C’est ainsi que nous avons perçu la maîtrise de soi comme unique moyen d’agir de façon juste avec soi, comme avec les autres ; comme si pour prendre soin de soi et des autres, il fallait être dans le contrôle de soi.


Pourtant, il semble que l’humain soit naturellement ouvert à l’autre. Des traces archéologiques d’individus handicapés adultes qui n’auraient pu survivre seuls nous montrent la nature humaine comme bienveillante et attentive au bien-être de chacun.

D’autre part, il semble aussi que la maîtrise ne puisse durer dans le temps. Quelqu’un empreint de colère pourra se contrôler un temps, mais il suffira d’un événement extérieur, comme une injustice sociale par exemple, pour le faire sortir de ses gonds.

À l’identique, une situation dans laquelle il se sent menacé dans sa vie quotidienne pourra le faire réagir de manière disproportionnée. Qui n’a jamais assisté à un déferlement d’insultes d’un chauffeur qui s’est fait doubler prestement ou qui s’est senti mis en danger ?


En ce qui concerne la maîtrise des éléments, on constate chaque année que la nature reprend ses droits quand elle a été contrainte ou qu’on ne l’a pas respectée. Les lits des cours d’eau déviés débordent, les zones inondables construites sont inondées…

La maîtrise de soi demande en fait une bonne dose d’énergie, et l’énergie est, de fait, fluctuante en fonction des situations et des moments de vie. Nous baissons tous d’énergie quand nous sommes malades ou vieillissants. Il n’est pas rare, d’ailleurs, de voir des personnes âgées s’aigrir quand elles ont passé une bonne partie de leurs plus jeunes années à, consciencieusement, maîtriser leurs émotions et/ ou, positiver.

En fait, maîtriser ses émotions revient à ne pas leur laisser de place à ne pas vouloir les écouter et de ce fait à mépriser ceux que l’on a été qui les ont vécues.

Il est vrai que l’adaptation sociale dans un monde dans lequel l’avoir a pris le pas sur l’être, et le faire s’est imposé par rapport au sentir, n’a pas laissé beaucoup d’alternatives aux humains.




Pour autant, l’humain sur son chemin d’Humanisation ne peut pas s’épargner du sentir. Et quand il s’offre à sentir ce qui est en lui, ce qui est du sensoriel, mais aussi de l’extra sensoriel, de tout ce qui ne trouve pas de mots pour s’exprimer, de ce qui se pense à peine, il s’offre aussi à être entendu. Et quand il est enfin entendu, les émotions discordantes comme la tristesse, la souffrance, la colère, le sentiment d’injustice s’apaisent pour laisser place à la paix, la joie, l’harmonie, la capacité d’émerveillement… ce qui est de l’Être qu’il a à être par lequel la Vie se manifeste dans son immensité et sa simplicité.


C’est ainsi qu’il devient préférable d’écouter en Soi que de se maîtriser. La méprise de Soi peut ainsi laisser place au respect de Soi qui est le préalable au respect du Vivant quel qu’il soit.

Un accompagnement thérapeutique en Maïeusthésie propose cette écoute de cœur à cœur qui permet naturellement de ne plus avoir besoin de se maîtriser.

J’observe, tant en moi-même, que dans mon activité de psychopraticienne, l’ouverture de soi se faire naturellement au fur et à mesure des séances reçues.

Cette approche de thérapie brève qu’est la Maïeusthésie, propose de se libérer des idées reçues, des conditionnements et des souffrances du passé, afin de se sentir plus en paix en Soi et avec les autres. Les rapports de pouvoir deviennent alors inadaptés. Il n’y a plus de maîtrise à avoir, ni sur soi, ni sur autrui.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout